LÉGIONELLE

Problématique

En France, la légionellose touche quelques 3000 personnes chaque année. Il s’agit d’une infection provoquée par des bactéries du genre Legionella qui entraîne des décès dans 15 % des cas.

La contamination de l’homme se fait par transmission aérienne et inhalation d’eau contaminée diffusée en aérosol. Le germe responsable est un bacille vivant dans l’eau douce dont la température optimale de prolifération se situe entre 35 et 40°C.

La Légionella Pneumophila peut survivre plusieurs mois dans de l’eau distillée et plus d’un an dans un robinet à température ambiante. En outre, certains éléments utilisés en plomberie (fer, zinc et certains constituants du caoutchouc) stimulent sa croissance.

bacterie-legionellose-721908

Les légionelles se retrouvent dans plusieurs domaines d’application tels que :
>> Circuits d’eau chaude des installations sanitaires
>> Bains bouillonnants, à remous ou à jets utilisés pour la détente, la  balnéothérapie, le thermalisme
>> Equipements médicaux pour les traitements respiratoires par aérosols
>> Circuits de climatisation
>> Circuits d’eau froide mal calorifugés
>> Humidificateurs d’air, brumisateurs
>> Tours aéro-réfrigérantes (*)
>> Fontaines décoratives

Parmi toutes ces sources, les circuits d’eau chaude sanitaire et les tours aéroréfrigérantes représentent la cause la plus fréquente d’infection.

Établissements concernées :

  >> Immeubles
  >> climatisées
  >> Hôtels
  >> Campings (douches)
  >> Centres hospitaliers et maison de retraite
  >> Installations sportives

(*) Ces tours, situées généralement sur le toit des immeubles, sont des équipements extérieurs de refroidissement des circuits chauds. On les trouve souvent en équipement annexe des installations frigorifiques. Si l’eau chaude (environ 30°C) qui circule dans le circuit de refroidissement n’est pas traitée régulièrement, elle peut très vite devenir un foyer de légionelles qui vont ensuite se diffuser dans l’atmosphère, via le panache de vapeur.

Solutions

Le traitement UVc permet de créer une « barrière anti-bactérienne » des plus performantes contre la Légionella. C’est un excellent complément au traitement anti-calcaire, bactéricide et biodispersant.

La lumière UV émise par les lampes est absorbée par l’ADN des micro-organismes, entraînant leur destruction immédiate.

Afin d’assurer l’efficacité du traitement par ultra-violet, il est impératif d’effectuer un traitement choc des canalisations avant la mise en œuvre du réacteur :

>> Par désinfection thermique de 60 à 80 °C
>> Par désinfection chlorée 100 ppm/h

Il est également nécessaire d’analyser le réseau afin de ne laisser aucun secteur non désinfecté et d’éliminer les bras morts qui peuvent favoriser le développement des bactéries.

Caractéristiques

La dose UV nécessaire à l’élimination de 90 % des légionella pneumophila est de 12 mJ/cm2.

Afin de détruire parfaitement toutes les souches de Légionelles et toutes les bactéries pathogènes pour l’homme, nous appliquons une dose UV de 40 mJ/cm2 à 60 mJ/cm2 .

Nous proposons une gamme dite « compacte » pour les petits débits jusqu’à 10 m3 /h, et une gamme industrielle pour les débits plus importants sur les tours aéro-réfrigérantes par exemple.

Pour le dimensionnement de nos appareils nous utilisons un logiciel de modélisation développé par notre bureau d'étude afin de garantir une dose UV de 40 mj/cm2 en fin de vie des lampes (Norme NF EN 14897+A1), et réduire ainsi au maximum les pertes de charge.

Une liaison anormale se crée sur la chaine ADN de la bactérie qui perd ainsi sa capacité de reproduction. La division cellulaire ne peut plus se faire et le micro-organisme est détruit.

>> Armoire acier époxy peint pour intérieur ou polyester double porte pour installation extérieure

>> Capteur d’intensité UV conforme à la norme DVGW avec alarme et pré-alarme, affichage en W/m2 et alarme de durée de vie des lampes.

>> Nettoyage automatique ou manuel à tirette : des dépôts peuvent se former sur les gaines quartz (MES, calcaire…) et diminuer l’intensité UVc des lampes. Il est alors indispensable de les nettoyer régulièrement.

>> Contrôle à distance et alarmes (balise de défaut lampe, buzzer d’alarme) :

  • Sortie 4-20 mA permettant le report du signal vers une télégestion
  • entrée TOR : marche/arrêt lampes UV.
  • entré analogique : régulation d'intensité UV en fonction du débit d'eau (en option).
  • sortie TOR : contact sec alarme lampe(s), alarme nettoyage automatique, alarme et pré alarme
  • sortie analogique : intensité UV.

Avantages

>> Faible consommation énergétique grâce à nos lampes UV basse pression
>> Durée de vie garantie des lampes 16000 h ou 2 ans
>> Faible coût de maintenance : les frais d’exploitation sont réduits au remplacement des lampes et au nettoyage des gaines
>> Changement des lampes sans vidange du corps inox
>> Possibilité de réacteurs sur mesure pour répondre aux besoins spécifiques du client
>> Installation horizontale ou verticale
>> Fabrication française
>> UVGERMI teste tous ses appareils dans son propre laboratoire d'expérimentation