DECHLORAMINATEURS

Problématique

L’emploi de chlore pour désinfecter l’eau des piscines génère, au contact des polluants azotés apportés par les baigneurs (urine, sueur, salive, cheveux, peau …), des composés résiduels appelés chloramines (monochloramines NH2Cl, dichloramines NHCl2 et trichloramines NCl3), dont la concentration dans l’eau ne doit pas dépasser 0.6 mg / litre d’eau chlorée.

Parmi celles-ci, le trichlolure d'azote (trichloramine) est un composé particulièrement volatil qui dégaze naturellement dans l'atmosphère des piscines et plus particulièrement dans les piscines couvertes.

Les études menées depuis plusieurs années par l'INRS ont mis en évidence l'action irritante de ce composé. Il est responsable d’irritations oculaires et nasales, ainsi que de troubles respiratoires pouvant entraîner des incapacités de travail chez les maîtres nageurs et le personnel d’entretien des piscines (reconnu cause de maladie professionnelle depuis 2003).

Au-delà de cet enjeu de santé, la règlementation impose de maintenir en permanence le taux de chlore combiné (chloramines) en dessous de 0.6 mg/L avec une évolution de ce taux à 0.4 mg/L notamment en présence de bébés nageurs (cf : rapport ANSES de juin 2010).

Ce taux est maintenu grâce à un apport important en eau neuve. Cette solution est coûteuse pour la collectivité (coût moyen d’1 m3 d’eau traité et chauffé : 6 € HT) et n’apporte pas toujours les résultats escomptés.

Rappel réglementaire

>> Taux de chlore libre actif entre 0.4 mg/l et 1.4 mg/l (sans stabilisant) et supérieur à 2 mg/l (avec stabilisant)
>> Taux de chlore combiné < 0.6 mg/l dans l’eau ou 0.3 mg/m3 dans l’air (recommandation ANSES juin 2010)
>> Fréquentation maximale : 1 personne / m2 de plan d’eau

Renouvellement en eau : minimum de 30 L / jour / baigneur

>> pH entre 6.9 et 7.7
>> Après la pose d’un déchloraminateur UV : analyses de THM, COT et chlorure, selon la circulaire du ministère de la santé de février 2008, peuvent être demandées par l’ARS locale

Solutions

UVGERMI : Leader en France sur la déchloramination UV !

Le procédé de déchloramination par ultra-violets basse pression présente la particularité de réduire le taux de chlore combiné des piscines par une action physique sur l’ensemble des composés organochlorés présents dans l’eau (principalement monochloramine, dichloramine, trichloramine).

Les déchloraminateurs UVDECHLO permettent d’obtenir des résultats probants sur le taux de chlore combiné.
Par ailleurs des études menées par l’équipe du Professeur Bratchley aux Etats-Unis démontrent les effets d’une longueur d’onde à 253,7 Nm sur la destruction des 3 types de chloramines grâce à la technologie des UV Basse Pression.


Le taux de chloramines dans l’eau diminue de 80 % en moyenne, et le taux de trichlorures d’azote dans l’air diminue de 50 %.

L’utilisation de nos déchloraminateurs UV basse pression est reconnue pour n’induire aucune augmentation des THMs dans l’eau de la piscine, et pour assurer la destruction de micro-organismes tels que giardia et cryptosporidium.
L’agrément ministériel que nous avons reçu pour notre technologie en novembre 2006 repose sur des études démontrant que les UVDECHLO n’ont aucune incidence sur le taux des THMs.

Pour un confort de baignade des utilisateurs, pour réduire les irritations des yeux chez les maîtres nageurs, pour avoir une eau conforme aux directives aussi bien sur le plan des bactéries et des virus que sur le taux de chloramines, l'utilisation d'un déchloraminateur ultraviolets dans les piscines publiques couvertes est devenue indispensable.

Depuis 2001, près de 900 bassins sont équipés avec notre technologie UVDECHLO !

>> Publication scientifique

Caractéristiques

Les déchloraminateurs UVDECHLO sont entièrement fabriqués en inox 316 L ou en PEHD, et intègrent des lampes UV basse pression d’une durée de vie garantie de 16000 h (deux ans de fonctionnement).

Ils sont dimensionnés selon vos besoins afin obtenir à la fois une destruction importante des chloramines et une meilleure maîtrise de la quantité de chlore à injecter.
Le déchloraminateur UVDECHLO s'intègre facilement sur le circuit de recyclage de la piscine, après la filtration, mais avant l'injection de chlore.

Le dimensionnement de l’installation tient compte des caractéristiques suivantes :
>> débit maximum de recyclage
>> volume d’eau à traiter
>> diamètre des canalisations
>> taux de chloramines
>> fréquentation

>> UVGERMI s’adapte à vos besoins et nos appareils peuvent s’installer horizontalement (standard) ou verticalement (option).

>> Pour le traitement de l’eau de mer, nos réacteurs sont également proposés en PEHD.

Avantages


Nous garantissons :

>> Un taux de chloramines inférieur à 0.2 mg/L en moyenne annuelle après installation d’un UVDECHLO
>> Une durée de vie des lampes de 16 000 h ou 2 ans.


Les avantages UVDECHLO :

>> Efficacité scientifiquement prouvée sur mono, di et trichloramines
>> Faible consommation énergétique grâce à nos lampes UV basse pression
>> Durée de vie garantie des lampes 16 000 h ou 2 ans
>> Conduite d’exploitation ludique
>> Aucune formation de composés secondaires toxiques
>> Amélioration des conditions de travail du personnel
>> Confort de baignade
>> Meilleure gestion des apports d’eau neuve
>> Faible coût de maintenance : les frais d’exploitation sont réduits au remplacement des lampes et au nettoyage des gaines quartz
>> Installation horizontale ou verticale sans contre-indication
>> Changement des lampes sans vidange du corps inox
>> Seul déchloraminateur parfaitement compatible avec les filtres à diatomées
>> Aucun désagrément lié aux « relargages » car pas de nécessité de nettoyage
>> Fabrication française
>> Uvgermi teste tous ses appareils dans son propre laboratoire d'expérimentation

F.A.Q.

Les UV basse pression détruisent-ils l’ensemble des chloramines ?

Oui, Toutes les publications scientifiques à ce sujet sont unanimes, les lampes basse pression, dites monochromatiques à la longueur d’onde de 254 nm permettent la destruction des 3 types de chloramines. L’efficacité de destruction varie en fonction du type de chloramines et de la dose UVC reçue. Les publications montrent que pour une dose de 60 mJ/cm2, environ 8% de la mono et di chloramines sont détruites. Ce pourcentage monte à 17% pour la trichloramine. Le passage répété de l’eau du bassin dans le déchloraminateur permet de maintenir le taux de chloramines en dessous de 0.2 mg/L.

Les UV basse pression détruisent-ils les monochloramines et évitent-ils donc la formation de di et trichloramines ?

Non, pas plus que les déchloraminateurs moyenne pression !!!! Le déchloraminateur, qu’il soit basse ou moyenne pression est installé sur le circuit de traitement de l’eau. C’est le passage successif, plusieurs fois par jour, qui permet de réduire considérablement le taux de chloramine dans le bassin traité.

Les lampes basse pression sont-elles monochromatiques ?

Oui en effet Toute l’énergie produite dans le spectre UVC est délivrée à 253.7 nm exactement.

Est-il difficile de prévoir les réactions chimiques possibles avec des lampes moyenne pression à large spectre ?

Oui et non La photolyse (destruction d’une molécule par un rayonnement lumineux) dépend des paramètres suivants : 1. la longueur d’onde du rayonnement 2. l’absorption du rayonnement par le composé 3. le rendement quantique de photolyse (le pourcentage de photon ou élément de lumière) absorbé qui sert à casser cette molécule. 4. le flux photonique (c’est la quantité d’énergie à ce rayonnement : la Dose UV). En résumé, pour détruire efficacement une molécule, il est nécessaire mais pas suffisant que cette molécule absorbe le rayonnement UVc. Il faut aussi que le rendement quantique de photolyse à cette longueur d’onde soit le plus élevé possible et enfin que le flux photonique soit suffisamment important. Une piscine contient d’innombrables molécules organiques. Chacune peut être potentiellement photolysée, en utilisant un grand nombre de longueurs d’ondes avec différentes puissances, on augmente statistiquement la probabilité de photolyse de telle ou telle molécule. A notre connaissance, aucune étude scientifique n’a été publiée sur la photolyse de l’ensemble des composés organiques présents en piscine en fonction des longueurs d’onde. Il n’est donc pas possible d’affirmer que les lampes moyenne pression n’induisent aucune autre photolyse que celle des chloramines.

Les destructeurs de chloramines basse pression réduisent-ils les trichloramines dans l’air ?

Pas directement, et pas plus ni moins que les déchloraminateurs Moyenne pression. Dans une piscine, il se crée un équilibre chimique entre les trichloramines dissoutes dans l’eau et celles dans l’air. Si votre traitement de l’air n’est pas efficace, c’est-à-dire que le renouvellement d’air neuf et l’hygrométrie ne sont pas optimisés, il sera difficile de réduire le taux de trichlorure d’azote dans l’air. Dans la grande majorité des cas, le traitement de l’air est efficace et on observe, entre 24 et 48 heures, une baisse très significative des trichloramines dans l’air.

Le traitement de l’eau par ultraviolets modifie-t-il le pH, les quantités de chlorures, le C.O.T. (Carbone Organique Total) ?

Non, En fonction des caractéristiques chimiques de votre eau de bassin, le pH peut varier lors de la mise en place du déchloraminateur. Mais il revient à sa valeur initiale après quelques jours. Le taux de chlorures et le C.O.T ne sont pas influencés par le déchloraminateur, ces valeurs augmentent cependant lorsque l’apport d’eau neuve diminue.

Les lampes basse pression sont-elles les seules lampes autorisées en eau potable ?

Oui En France, les lampes Basse pression sont systématiquement autorisées pour la désinfection de l’eau destinée à la consommation humaine selon les circulaires de 1987 et de 2000. Pour l’utilisation de lampes moyenne pression, un agrément spécifique doit être délivré par le ministère de la santé.

Les lampes basse pression ne consomment-elles que peu d’électricité? Les lampes basse pression présentent-elles un ratio efficacité/consommation électrique favorable ?

Oui, Les lampes basse pression ont un rendement UVC de 40% contre 15% pour les lampes moyenne pression. Même avec une régulation de puissance, les déchloraminateurs équipés de lampes moyenne pression seront toujours beaucoup plus énergivores pour une efficacité de déchloramination équivalente à un déchloraminateur basse pression.De plus, dans un déchloraminateur BP, le flux d’eau suit la (les) lampe(s) sur toute leur longueur, ce qui permet un temps de contact compris entre 1 et 2 secondes. Dans un déchloraminateur MP le flux est perpendiculaire à la (les) lampe(s) et le temps de contact est extrêmement faible, inférieur à 0.4 secondes. La dose Uvc nécessaire à la déchloramination est proportionnelle à la puissance UVc délivrée par les lampes, multipliée par le temps de contact. Pour une dose et un débit équivalents, il faut donc plus de puissance UVc avec un déchloraminateur MP…. Or, plus de puissance avec moins de rendement impliquent une plus forte consommation électrique.

Les lampes basse pression ont-elles une durée de vie de 2 ans ?

Oui Nous garantissons nos lampes 16 000 heures ou 2 ans au premier des termes échus. Si une lampe est hors service, nous la remplaçons gratuitement. C’est un engagement que nous avons pris depuis 2006.

Une lampe défectueuse empêche-t-elle le bon fonctionnement d’un destructeur de chloramines basse pression ?

Oui/Non Le défaut d’une lampe sur les déchloraminateurs UVDECHLO équipés d’une ou 2 lampes (jusqu’à 50 m3/h) entrainera obligatoirement une remontée du taux de chlore combiné. En ce qui concerne les autres UVDECHLO, le défaut d’une ou plusieurs lampes (ce qui est très rare et de toute façon pris sous garantie) altère très peu l’efficacité du déchloraminateur et permet de maintenir le taux de chloramines inférieur à 0.4 mg/L.

Est-il nécessaire d’utiliser un système de nettoyage avec des lampes basse pression ?

Non pas en piscine. Le déchloraminateur étant installé après le filtre à sable, seules les particules plus petites que 40µm arrivent dans le réacteur. Ces particules ne se déposent pas sur la gaine quartz qui sert d’isolant thermique et électrique entre la lampe et l’eau. Ceci est particulièrement vrai car le gradient de température entre le plasma d’une lampe basse pression (≈ 90°C) et l’eau du bassin (≈28°C) est très faible. Ce qui n’est pas le cas pour les déchloraminateurs moyenne pression. Nous intégrons ces systèmes de nettoyage seulement pour les applications ou cela est nécessaire, comme en industrie ou pour le traitement tertiaire.

Les destructeurs de chloramines basse pression peuvent-ils générer des THMs (chloroforme, …) ?

Non, Une étude scientifique (thèse d’Helene Hamel, université de Rennes I) a montré une augmentation de seulement 5% des THMs pour une dose UVC de 128 mJ/cm2. Dans nos déchloraminateurs UVDECHLO la dose UVC maximum est de 60 mJ/cm2 ce qui est suffisant pour détruire les 3 chloramines sans induire d’augmentation des THMs. De plus, toutes les études que nous avons menées le confirment. Le taux de THMs est cependant fortement lié à l’apport d’eau neuve.

Les UV basse pression, n’émettant pas à des longueurs inférieures à 230 nm, peuvent-ils former des THMs ?

Oui/Non Il y a formation de THMs de manière significative (5%) seulement si la dose UVC est supérieure à 128 mJ/cm2. Ceci n’est jamais le cas avec nos UVDECHLO.

Un destructeur de chloramines basse pression génère-t-il des pertes de charges sur la canalisation ?

Oui, elles sont faibles Comme tous éléments de la canalisation, le déchloraminateur apporte sa contribution à la perte de charge du réseau. Cette valeur oscille entre 0.02 et 0.1 bars, ce qui est négligeable comparé au 0.5 Bars d’un filtre encrassé.

L’utilisation d’un système de traitement aux ultraviolets réduira-t-elle la consommation d’eau de 50% ?

C’est une valeur courante, il est cependant nécessaire de faire une étude au cas par cas pour le confirmer. Il faut aussi garder en mémoire que le taux de THMs varie avec l’apport d’eau neuve, il est indispensable de le mesurer lors de réglage de l’apport d’eau.